en-USfr-FRmk-MK
Language
Percer le Front d’Orient Percer le Front d’Orient

Percer le Front d’Orient

Le quotidien sur le Front d'Orient Le quotidien sur le Front d'Orient

Le quotidien sur le Front d'Orient

Visiter le Front d’Orient Visiter le Front d’Orient

Visiter le Front d’Orient

Résumer l’Histoire Première Guerre mondiale Résumer l’Histoire Première Guerre mondiale

Résumer l’Histoire Première Guerre mondiale

 

Les batailles de Doiran

Des batailles acharnées entre les armées bulgares et britanniques ont été mené dans d’autres parties du Front, en particulier dans la région du lac de Doiran. Les premiers affrontements militaires se sont passés dès octobre 1915 avec l’entrée de la Bulgarie en guerre. Ainsi, des petites troupes de l’armée bulgare ont essayé de traverser la rivière Vardar à travers Valandovo et Udovo et de cette façon de couper les liaisons ferroviaires et routières entre Thessalonique et Skopje.

Au début de décembre la même année, et après le retrait des armées françaises et britanniques à Thessalonique, un front a été établit dans la région du lac de Doiran, ce qui a rapproché le lac de Doiran des positions militaires des deux armées. Dans les trois prochaines années, jusqu’au septembre 1918, plusieurs batailles signifiantes ont été mené dans cette région. Cela a provoqué un grand nombre de victimes, et la ville de Doiran était presque complétement détruite. La première grande bataille a eu lieu en aout 1916. L’offensive des alliées à Doiran faisait partie d’une série d’activités le long de la ligne du Front. L’offensive a commencé par une forte préparation d’artillerie, suivi par le coup de l'infanterie, une méthode très caractéristique pour cette guerre. Toutes les offensives ont été éliminées par l’armée bulgare bien établie.

La prochaine tentative d’offensive des alliées s’est passée en 1917. Des combats avaient déjà en février, mais une offensive plus sérieuse des alliées a eu lieu en avril et mai, et ensuite en octobre. Vers la fin d’avril l’armée britannique commence une offensive afin de franchir les lignes bulgares. Les offensives se sont poursuivies en mois de mai, mais toutes ont été éliminées de l’armée bulgare. Les pertes de l’armée britannique ont été importantes. En mois d’octobre, après trois jours, l’offensive a été interrompue en raison de la forte résistance des armées bulgares.

Après l’interruption de l’offensive, la ligne de cette partie du front s’est stabilisée. Des offensives significatives n’a été remarqué jusqu’au mois de septembre 1918, quand la troisième bataille de Doiran a eu lieu. Ni la troisième tentative des alliées n’a pas eu de succès. Toutes leurs offensives ont été éliminées. Cependant, à la suite de la percée du Front de Dobro pole, sous le danger d’être coupé et entouré, les troupes bulgares se sont retirées. Les conséquences pour Doiran et ses alentours ont été dévastatrices. Presque toute la population a été obligée de déménager, et la proximité de la frontière établie après la guerre à mener une isolation de la ville et son déclin économique. L’endommagement de l’église St. Ilija à Star Doiran, les tranchées, les stèles mémorielles des armées bulgares et britanniques dans les alentours de Kalatepe près de Doiran, ainsi que les cimetières britanniques à Polikastro et les cimetières militaires grecs à Valandovo témoignent des batailles de Doiran.

 

 

Les photographies

Le contenu écrit et visuel de cette plateforme (actuel ou historique) fourni au public sers à des fins informatives générales, scientifiques et éducatives. Tout le contenu publié est la propriété de ses auteurs respectifs.

Pour les photos Manaki

Les photos Manaki - Les photographies sont la propriété de l’Archive nationale de la République de Macédoine, secteur à Bitola. Les photographies sont éditées par le Centre de la photographie de Macédoine.

Les photographies d’auteur sont la propriété de l’Association européenne pour la démocratie locale – ALDA. Photographe : Zoran Shekerov

 

 

Depuis son indépendance en 1991, le nom tel qu’inscrit dans la Constitution macédonienne est « République de Macédoine ». Néanmoins, et pour les besoins de reconnaissance par les organisations internationales et leurs États-membres, celle-ci a accepté d’utiliser l’appellation « ancienne République yougoslave de Macédoine » ou « ex République yougoslave de Macédoine ». C’est sous ce nom là que la République française a reconnu cet État. Sur le site internet présent, par commodité de langage, « l’Ancienne République yougoslave de Macédoine » est désignée sous le nom de « République de Macédoine » ou « Macédoine ». Cela ne préjuge en rien la position de la France ou de la Normandie.

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2018 by SoftAGE
Back To Top